Interview de Julien VINAY, CEO RFIT Technologies par AXOMA Consultants

Q1 : Pouvez-vous brièvement vous présenter ?

Je suis Julien VINAY, l’un des fondateurs de la société RFIT Technologies, créée en 2008, pour laquelle j’occupe la fonction de Président Directeur Général. Nous concevons et installons des solutions connectées pour l’industrie.

Q2 : Avant de parler des solutions connectées, pouvez-vous nous brosser, dans les grandes lignes, l’état des lieux des solutions de traçabilité ? 

Dans les grands groupes, la traçabilité à des fins règlementaires est généralement bien maîtrisée. Les problématiques sont identifiées et des solutions sont en place.

Néanmoins ces solutions sont encore parfois empiriques, ou spécifiques à un service, sans une centralisation de l’information en temps réel qui donne une vision claire de l’activité à l’échelle d’un établissement tout entier.

Dans les grands groupes comme dans les PME, la recherche de performance opérationnelle et d’optimisation des coûts amènent à des remises en question des process de traçabilité. L’heure est à l’agilité de la production et à la réactivité du service client.

La mise en place de services innovants, conduisant à augmenter la part des revenus liés aux services, est en constante augmentation.

Parmi les besoins que nous retrouvons fréquemment dans les entreprises, nous pouvons citer :

  • Le suivi de pièces en production avec mise en place d’indicateurs qui remontent de l’information en temps réel pour accroitre la réactivité et la performance
  • L’optimisation et l’automatisation des postes de production ou logistiques
  • La diminution des stocks : matières premières, sous-produits ou produits finis
  • La géolocalisation et/ou la localisation indoor d’actifs à forte valeur
  • L’amélioration de la maintenance, notamment sur le volet prédictif, pour anticiper les pannes, planifier les interventions sans impacter l’activité et limiter les coûts.

Enfin, nous constatons une demande accrue de la part des entreprises pour la mise en place de nouveaux services à valeur ajoutée qui complètent leur offre produit et qui leur permettent de créer de nouveaux business models pour fidéliser leurs clients. Ce sont, par exemple, des solutions de maintenance 4.0 ou de logistique 4.0 pour effectuer un suivi en temps réel des produits et de leur activité, afin de mieux servir les clients utilisateurs et de les approvisionner en flux tendus, sans rupture d’activité.

Q3 : Dans ce domaine, comment évoluent les enjeux business et où sont les nouveaux challenges ? 

Avec les solutions cloud et la digitalisation croissante des entreprises, la tendance est à l’interconnexion des systèmes pour centraliser les données sur une plateforme de gestion unique et avoir une visibilité en temps réel sur son activité, y compris au-delà de sa zone de production et de stockage.

Cette digitalisation de l’activité des entreprises doit leur permettre de réduire le temps de prise de décision et d’action en suivant leurs actifs et leurs produits au-delà des limites physiques de leur site.

Le nouveau challenge est d’arriver à connecter l’offre et la demande, à connaitre les paramètres et le cycle de vie des produits, alors même que ceux-ci sont installés et en fonctionnement chez les opérateurs/clients finaux.

Au-delà du suivi opérationnel du produit pour en améliorer la maintenance ou la logistique, c’est l’ensemble du service client qui est optimisé.

C’est par exemple développer un boitier communicant chez un industriel qui connecte ses compacteurs à déchets pour recueillir de l’information sur leur temps de fonctionnement, sur le niveau de remplissage de la benne et sur le type de déchet traité. Ou encore chez cet autre industriel du câble, offrir un service de suivi d’approvisionnement de tourets en temps réel auprès de ses clients.

Les solutions de traçabilité permettent aujourd’hui d’aller très loin dans le type d’information à remonter.

Q4 : Peut-on dire que les technologies de traçabilité sont désormais matures ? Quelles sont les dernières tendances ?

Les technologies sont comme toujours en perpétuelle évolution. Chaque jour, une nouvelle avancée, une nouvelle technologie ou un nouveau procédé apparait. Les termes que l’on entend aujourd’hui fréquemment sont :

  • Intelligence artificielle
  • Blockchain
  • Réalité Augmentée
  • Internet des Objet (IOT)
  • RFID
  • Etc.

Dans ce contexte, la question n’est pas tant la maturité de la technologie en elle-même que ce qu’elle apporte dans le contexte métier du client. L’enjeu n’est pas d’afficher un panel de technologies toujours plus important mais bien de rendre l’entreprise plus agile et au final plus performante.

Pour citer quelques exemples, on retrouve la technologie RFID dès lors qu’il s’agit de gérer des parcs très volumineux d’actifs logistiques réutilisables (fûts / palettes, chevalets métalliques).

Les trackers IOT (Sigfox, Lora, GSM) sont utilisés pour gérer et suivre les marchandises de valeurs ou des parcs moyens d’actifs réutilisables. Connectés à des équipements, ils facilitent la remontée temps réel d’informations et donc les opérations de maintenance.

La blockchain est envisagée dès lors que la transparence sur une chaine d’acteurs indépendants devient nécessaire. On la retrouve dans des applications liées à la détection de contrefaçon ou la mise à disposition de certificats d’authenticité ou de documentation douanière par exemple.

Enfin, l’intelligence artificielle et très utilisée dans le traitement d’images ou encore la recherche de modèles/similitudes (pattern) dans des volumes de données importants.

Q5 : En termes de méthode, quelles sont les premières questions à se poser pour un projet d’industrie 4.0 ?

Actuellement, nous sommes face à de multiples technologies, très prometteuses et attractives. Mais ces technologies restent des outils au service des entreprises, des moyens, pas une fin en soi.

Il convient de les sélectionner et éventuellement de les combiner avec un seul objectif : satisfaire le besoin métier qui doit, au préalable, avoir été minutieusement qualifié :

  • Quels sont les enjeux du projet ? A quelle(s) problématique(s) le projet doit-il répondre ?
  • Quelle est la portée du projet ? Projet stratégique pour l’entreprise ou opportunité d’amélioration de l’efficacité opérationnelle d’un Service ?
  • Quels sont les risques encourus (à faire ou à ne pas faire) ?
  • Quel est le Business Case du projet ? Y-a-t’il des économies à réaliser, de l’efficacité opérationnelle à gagner ? Quel est le retour sur investissement attendu ?
  • Quel est l’horizon du projet ?
  • Quels sont les profils des acteurs du projet ? Y a-t-il un risque sociétal associé ? L’entreprise est-elle prête à accepter les changements induits ?
  • Quel budget doit être engagé ?
  • etc.

Une fois ces questions traitées, une approche projet méthodique permettra de sélectionner la ou les meilleures technologies pour construire la solution attendue.

La traçabilité est au service de la stratégie et de la performance de l’entreprise. Ses possibilités sont grandes mais son potentiel sera pleinement exploité si le besoin est bien qualifié en amont et si le projet est bien cadré, bien mené, en toute objectivité.

A propos de RFIT

RFIT est une société qui conçoit et installe des solutions connectées pour l’industrie :

  1. Solutions sur-mesure développées sur cahier des charges après avoir qualifié le besoin
  2. Solutions métiers clés en main dans le domaine de l’IoT, de l’électronique embarquée et de la traçabilité pour le suivi d’actifs industriels, la gestion de stocks et de flux logistiques, la géolocalisation d’un parc de véhicules et de matériel…

Elle apporte de l’agilité dans la supply chain et de la performance dans les process pour aider ses clients à s’inscrire dans l’industrie du futur, tout en développant de nouveaux modèles d’affaires sous forme de services 4.0.

Elle travaille pour des grands comptes de l’industrie comme pour des PME parmi lesquels : Nexans, Siemens, Spit, Omexom, le Groupe Vincent.

RFIT est basée à Valence, en région Rhône-Alpes, et compte une dizaine de personnes dont une petite équipe basée en Tunisie.

RFIT a déjà travaillé en collaboration avec aXoma Consultants notamment pour faciliter des choix technologiques ou encore éclairer les décideurs sur les apports des technologies dans leurs métiers.

Contact : Eric Boudart
Consultant en projets de transformation chez aXoma Consultants

www.axoma-consultants.com